Portail Sénégalais Ndakaru.com

  • Plus de 4g par jour de Paracétamol (Tylenol) peut entraîner la mort

    Prendre quelques comprimés de paracétamol en plus de la dose autorisée, chaque jour, pendant plusieurs années, peut causer des dommages importants sur la santé, voire entraîner la mort. C’est ce que révèle une étude réalisée par une équipe de chercheurs de l’université d’Edinburgh, publiée dans le British Journal of Clinical Pharmacology.

    La prise excessive et régulière de comprimés sur une longue durée est non seulement plus difficile à repérer mais également à soigner, comme le confirme The Telegraph:

    «Les personnes qui arrivent à l’hôpital après avoir pris, en une seule fois, un surplus de comprimés, peuvent être souvent sauvés car les analyses de sang permettent de révéler la quantité exacte de médicament dans leur corps, permettant ainsi aux médecins d’agir rapidement pour sauver leur foie.»

    Cependant, la prise échelonnée et légèrement excessive (plus de 4g par jour) est malaisée à détecter:

    «Les médecins ne peuvent pas déceler le problème parce que les tests sanguins ne montreront pas des taux anormalement élevés de paracétamol.»

    Selon BBC News, le docteur Kenneth Simpson et son équipe ont étudié les dossiers médicaux de 663 patients qui souffraient de lésions hépatiques induites par le paracétamol.

    Les 161 patients qui avaient fait des surdosages échelonnés, sur une période de 6 ans, pour calmer des douleurs chroniques étaient plus susceptibles de développer des problèmes au foie et au cerveau et d'avoir besoin d'assistance respiratoire. Aussi, ils seraient plus exposés à la mort à la suite de complications.

    Selon le professeur Roger Knaggs, le message est clair:

    «Si vous prenez plus de paracétamol que la dose recommandée [8 comprimés de 500mg], vous n’amélioreriez pas la maîtrise de la douleur, mais vous endommagerez votre santé.»

    L’étude montre également que les patients qui prennent ces comprimés au-dessus de la dose recommandée le font essentiellement pour soulager des maux de dos, de tête ou dents. Et qu'ils ont en moyenne 39 ans et sont plus susceptibles d’abuser de l’alcool.

    En définitive, cette expérimentation met en avant le fait que le «surdosage accidentel de paracétamol peut avoir des conséquences plus graves qu’une seule surdose dans une intention suicidaire».

          
    Comments Aucun commentaire   |  Se connecter pour laisser un commentaire